vendredi 25 avril 2014

Guise: Hugues Cochet prend la tête d’une intercommunalité frileuse

Il se veut « rassembleur ». Le maire de Guise a été élu président de la communauté de communes de la région de Guise (CCRG) hier soir. Une élection sans esclandre mais dans un climat clairement tendu. Les nombreux votes blancs ou nuls trahissent un manque de confiance de certains élus ruraux qui redoutent une main-mise de Guise sur la collectivité locale. Le nouveau président, lui, demande à être jugé sur ses actes.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-hugues-cochet-prend-la-tete-d-une-ia44b0n55600

jeudi 24 avril 2014

Le 1er mai, soyez utopiste !

AISNE. Dans une semaine, le Familistère de Guise ouvrira ses portes aux visiteurs pour la fameuse journée du 1er mai. Conférences et surtout spectacles sont au programme.

L’idée de l’utopie de Jean-Baptiste Godin continue de se répandre et atteint chaque année un point d’orgue avec la journée du 1er mai.
Cette fois encore, un jour pour se retrouver autour des idées défendues par le créateur du Familistère, un jour pour faire la fête puisque de nombreux spectacles sont programmés. De 10 à 18  heures, le pavillon central, l’appartement de Godin, la buanderie-piscine, les économats, le théâtre, le jardin d’agrément et le jardin de la presqu’île, tout sera ouvert en continu.
Pour que le public puisse comprendre la portée sociale du site, les « expressos » du Familistère permettront à chacun de se faire une idée plus précise de ce palais social. Les thèmes de l’hygiène, de l’économie, de l’industrie, de l’architecture et de l’éducation seront abordés. Et pour ne pas assommer de paroles les visiteurs, cinq thèmes seront déclinés en 20 minutes chacun. Pour ceux qui en voudraient un peu plus, trois rencontres sont prévues sur le fouriérisme ou encore le petit théâtre d’objets. En parallèle, sept spectacles se dérouleront en extérieur, sous le kiosque à musique, sur la place, dans la cour des économats ou encore à l’intérieur du théâtre. Ils débuteront à 11 heures puis auront lieu à 14 heures, 14 h 45, 15 h 30, 15 h 45 jusqu’à 17 h 45. Chaque représentation durera entre 30 minutes et une heure.

Un modèle

Le 1er mai au Familistère, c’est tout une histoire car avant que cette journée ne devienne un rendez-vous des travailleurs de toutes les nations, Godin a fêté le travail dès 1867. Ce jour a toujours été célébré de manière officielle et festive à Guise. C’était un peu l’aboutissement de l’utopie de Godin. Lui qui a créé la manufacture des fameux poêles, il était un fouriériste convaincu. C’est en 1859 qu’il a entrepris de bâtir le Familistère à côté de la fonderie. Il avait tout prévu, les habitations, les services et les loisirs. « Le Familistère est la réalisation d’un projet bien différent des cités ouvrières patronales. Au sein de l’association coopérative du capital et du travail, les travailleurs participent à la gestion et aux décisions. Ils deviennent propriétaires de l’usine et du palais. »
Jeudi prochain, l’occasion sera donnée à chacun de (re)découvrir ce modèle d’habitat social qui fait largement écho encore aujourd’hui dans notre société. Le Familistère c’est l’histoire qui interpelle également sur le présent et interroge même sur l’avenir.

http://www.lunion.presse.fr/accueil/le-1er-mai-soyez-utopiste-ia0b0n336769

mardi 22 avril 2014

La lettre du maire de Guise

Mesdames, Messieurs,
 


Lors du scrutin qui vient de se tenir le 23 mars dernier, vous avez témoigné l’intérêt que vous portez à la vie locale. En effet, 2056 personnes se sont déplacées aux urnes ce dimanche.


Je voudrais remercier d’abord et à nouveau les guisards pour la confiance qu’ils nous ont renouvelé.


Je voudrais aussi remercier mes collègues, pour leur implication dans la campagne, pour la confiance et l’appui qu’ils m’ont apportés sans réserve.


Enfin qu’il me soit permis de remercier les nouveaux élus qui ont accepté la proposition que je leur ai faite avec beaucoup de spontanéité et un enthousiasme réconfortant. Je sais que leur implication sera à la hauteur de la tâche qui est la nôtre.


C’est avec une profonde émotion, un mélange de fierté et d’humilité que je reçois le mandat que vous venez de me confier. Je serai, soyez en convaincu, le maire de tous les habitants et digne de cette responsabilité importante.


Je souhaite donc poursuivre le travail accompli sur la base de notre programme, mettre mes compétences et toute ma détermination au service de notre ville et de ses habitants. J’y apporterai mon style, ma manière de faire, ma personnalité aussi en essayant d’y amener – modestement - ma valeur ajoutée personnelle.


Avec vous, pour vous, nous allons travailler ensemble pour notre ville et ses habitants qui méritent « le meilleur ».

 

dimanche 20 avril 2014

La chasse aux oeufs du fort

hebergeur image
Claude et Cathy,  continuent d'entretenir les parterres et jardins du Château, comme celui de la cour de l'accueil ! Les visiteurs peuvent ainsi profiter des fleurs, mais aussi des œufs de Pâques qui décorent les plantations ! Ceux-là ne se mangent pas, mais ceux de la chasse aux œufs... en chocolat se mangent
Ce dimanche, La Chasse aux œufs a été fructueuse et s'est très bien passée, sous le soleil !! Merci à vous d'être venus si nombreux, et rendez-vous l'année prochaine : )

samedi 19 avril 2014

Guise : les cambrioleurs confondus

Un cambriolage commis le 27 mars rue Sadi-Carnot à Guise vient d’être résolu par les gendarmes. Le locataire, hospitalisé à l’époque, s’était vu dérober pendant son absence plusieurs télévisions, un décodeur et une caméra. L’enquête a permis d’interpeller trois Guisards de 19, 20 et 32 ans. Placés en garde à vue, l’un d’entre eux a été mis hors de cause par ses compagnons de cellule. Il est ressorti libre sans suites judiciaires. Les deux autres ont reconnu les faits, ils seront jugés le 3 juin devant le tribunal correctionnel.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-les-cambrioleurs-confondus-ia44b0n53770

jeudi 17 avril 2014

Pâques au chateau

N'oubliez pas la Chasse aux œufs de Pâques dimanche, dans le donjon, les souterrains et les casemates du Château-Fort !!! Vous y trouverez de quoi vous motiver à monter et descendre les escaliers : )
La chasse a lieu toute la journée aux horaires d'ouverture du Château (10h-12h ; 14h-18h). Le prix d'entrée, qui comprend la visite guidée, est de 6 euros pour les adultes, 3 euros pour les enfants de moins de 18 ans ; gratuit pour les moins de 6 ans

mercredi 16 avril 2014

Le patronage de l'abbé

hebergeur image
 
Je ne suis pas sur cette photo, mais j'ai eu le grand plaisir de fréquenter le patronage de l'abbé Couterie
Là vous le voyez sans sa gauloise que le faisait atrocement tousser ...
Les enfants que nous voyons ici, je ne les connais pas non plus ou je ne me souviens plus...
Si quelqu'un se reconnait ....qu'il me le dise.
Le patronage de l'abbé, c'était promenade, football, jeu de piste et cinéma muet...
Un délice !

mardi 15 avril 2014

Quand la chorale de l'église partait en voyage... à Ostende

hebergeur image
 
Qui se reconnait sur cette photo ?
Elle doit dater de 1966 à peu près...
La chorale de l'église posait avant son départ en voyage à Ostende.
J'ai déjà écrit sur ce voyage dont je me souviens comme si c'était hier
Qui s'en souvient également et qui se trouve sur la photo.
Je suis au premier plan, accroupi à droite.
Je vous attends!

Une coordination renforcée entre la police municipale et les gendarmes

GUISE (02). Une convention entre la police municipale et la gendarmerie a été signée mardi dernier. Pour une efficacité accrue de leurs services en matière de sécurité.
Une nouvelle convention de coordination entre la police municipale et les forces de gendarmerie a été signée mardi 8 avril, en présence du préfet de l’Aisne Hervé Bouchaert, et du maire de Guise, Hugues Cochet. Elle s’appuie sur le décret nº2012-2 du 2 janvier 2012 qui redéfinit les modes de fonctionnement entre ces deux forces de l’ordre et notamment deux articles du Code de la sécurité intérieure (L512-4 et L512-7).

« Cette convention va nous permettre de travailler ensemble avec un maximum d’efficacité », a déclaré le premier élu, aussitôt rejoint par le préfet qui y voit un « véritable instrument d’action ». Renouvelée, enrichie et approfondie, elle permettra par exemple un renforcement des patrouilles ou encore une meilleure transmission et un échange rapide des informations.


Afin d’optimiser ce déploiement de moyens et d’actions, et surtout, de le faire correspondre au mieux aux réalités locales, il est aujourd’hui nécessaire de renforcer la coordination entre les services de police municipale et ceux des forces de l’ordre de l’État. Le texte de cette convention reprend le principe d’une étroite collaboration sur huit thématiques principales : garantir la sécurité routière, lutter contre les infractions à la législation sur les stupéfiants, surveiller les abords des établissements scolaires, préserver la sécurité des bâtiments publics, lutter contre les tapages et nuisances sonores, lutter contre les incivilités (par le renforcement, entre autres, de patrouilles), lutter contre le sentiment d’insécurité, contre les troubles liés à la consommation d’alcool.

Les premiers résultats du trimestre prouvent l‘efficacité du système avec une diminution des affaires enregistrées grâce à une présence policière accrue et coordonnée : pour l’atteinte aux biens, 31 faits recensés contre 48 le trimestre précédent. Pour l’atteinte aux personnes 16 faits enregistrés contre 19 le trimestre précédent.

La nouvelle convention se caractérise par un renforcement en matière d’échanges de renseignements et de fichiers entre les deux services (véhicules volés, personnes disparues ou plus généralement toute personne pouvant créer un trouble à l’ordre public). Mais aussi une délimitation claire des périmètres d’action respectifs de la gendarmerie et de la police municipale.

Elle précise enfin, de façon concrète, les échanges pouvant être mis sur pied sur les actions de formation professionnelles communes (interventions professionnelles, stupéfiants, secours à personnes, notamment).

Prochains objectifs : développer la communication, pour inciter les témoins de fait étranges ou particuliers, à faire le 17 pour informer la gendarmerie qui pourra ainsi vérifier sur place en temps réel ce qui se passe. Deuxième point, la mise en place, comme cela s’est fait sur 200 communes sur les 816 de la région, de l’action Voisins vigilants qui a prouvé son efficacité sur de nombreuses affaires.

http://www.lunion.presse.fr/region/departements/aisne

lundi 14 avril 2014

Mireille de Guise

Les parents de Mireille étaient antiquaires à proximité de l'église...
Elle et sa sœur étaient mes amies...
Si je me souviens, elle était venue au voyage de la chorale à Ostende avec l'abbé Couterie
Qu'est elle devenue ?
Si quelqu'un sait, qu'il nous le dise en commentaire ...
Je l'espère en bonne santé et heureuse ...
hebergeur image
Je remercie Elizabeth Duton de m'avoir adressé sa photo...
Qui, comme moi, se souvient ?

dimanche 13 avril 2014

Arrivée des 6 nouvelles chaînes HD dans l’Aisne : que faire en cas de perturbation

Six nouvelles chaînes autorisées par le CSA ont été déployées dans les régions Champagne-Ardenne et Auvergne ainsi que dans les départements de l’Aisne et de la Lozère. 
Les opérations de rallumage des émetteurs se sont déroulées sur deux jours, mardi et mercredi. Ils diffusent désormais les 6 nouvelles chaînes de la TNT sur la quasi-totalité des zones concernées.
L’arrivée de ces nouvelles chaînes a nécessité des changements de fréquences.
Les téléspectateurs qui reçoivent la télévision par une antenne râteau doivent donc procéder à une recherche et mémorisation des chaînes pour retrouver l’ensemble de leurs programmes.
Si certains téléspectateurs ne retrouvaient pas l’ensemble des chaînes existantes, l’ANFR met à leur disposition :
- Un numéro d’appel : 0 970 818 818 (du lundi au vendredi, de 8h00 à 19h00, prix d’un appel local)
- Un site internet : www.recevoirlatnt.fr
L’ANFR accorde également des aides d’Etat pour les foyers qui perdraient la réception des chaînes existantes de la TNT.
Deux types d’aides sont disponibles :
- Aide de 120 euros maximum, pour l’adaptation, la réorientation ou le remplacement d’une antenne râteau.
- Aide de 250 euros maximum, pour l’acquisition d’un mode de réception alternatif à l’antenne râteau : installation d’une réception par satellite, souscription d’un abonnement au câble, au satellite numérique, à une offre ADSL ou à la fibre optique.
Ces aides sont attribuées sans condition de ressources aux résidences principales et secondaires, sur présentation de justificatifs.
Pour obtenir toutes les informations sur ces aides et recevoir le formulaire de demande, les téléspectateurs peuvent contacter le centre d’appel au 0 970 818 818 ou télécharger directement le formulaire sur le site internet www.recevoirlantnt.fr.
Les dossiers complétés sont à retourner à l’ANFR avant le 7 août 2014.
 

jeudi 10 avril 2014

Guise: bienvenue dans la ville poussette!

 
hebergeur image
Florence Aubenas ne pensait sans doute pas mettre le feu aux poudres en écrivant une chronique romancée sur les jeunes mères de Thiérache, parue dans le très respectable journal Le Monde en février dernier.
Voilà qu’aujourd’hui, c’est l’image qui se substitue à la plume.
L’émission « La Nouvelle Édition » diffusée sur Canal + à l’heure du déjeuner tente de comprendre en trois séquences diffusées lundi, mardi et mercredi comment en Thiérache, ces jeunes filles n’ont pas d’autres issues que la maternité précoce. Ariel Wizman, journaliste-chroniqueur télé, père de quatre enfants, a navigué entre Guise et Hirson il y a une quinzaine de jours pour réaliser la série diffusée cette semaine.

Dites-moi ce que je veux entendre

Il tend son micro aux jeunes qui pêchent ou qui disputent des parties de tennis de table pour tuer le temps, interroge ce futur père de 17 ans, ou celui qui, du haut de ces 29 ans, vit du RSA avec cinq enfants.
Murs de brique, gros plan sur les tags de la ruelle de la Poste ou sur les plus belles façades de la rue Desmoulins, pas de doute, l’auteur sait parfaitement où il va, bien décidé à montrer au spectateur ce qui ne le laissera pas insensible. Il va même jusqu’à faire dire aux interrogées, de jeunes filles bien naïves, ce qu’il a envie d’entendre. Extrait : « Faire des enfants sans réfléchir aux conséquences, ça vous fait penser à quel pays pauvre ? »
Pourtant, ce premier volet commence presque bien avec une présentation géographique claire par le journaliste qui résume son séjour et qui ne veut surtout pas stigmatiser, mieux encore, « j’ai été en Thiérache et j’ai rencontré des gens formidables », lance-t-il sur le plateau puis débute le reportage. On veut y croire, mais chassez un journaliste parisien sur nos terres, voilà ce qu’il en retiendra : « La Thiérache, un bout de Picardie qui n’en mène pas large économiquement, le plus fort taux de chômage du pays, seulement 10 % de bacheliers, peu d’activités culturelles… », mais non ne stigmatisons pas, « voilà nous sommes en Thiérache, il n’y a pas de travail mais il y a des poussettes . »
En venant filmer la sortie de l’école du Centre à 16 h 30, c’est une particularité locale à cette heure car il y a des poussettes mais ailleurs ça n’existe pas, c’est l’épiphénomène de la ville poussette.
Le maire Hugues Cochet est furieux après cette première diffusion : « Il y a quand même autre chose à montrer à la télé. Qu’est-ce que ça veut dire que ce nom de ville poussette. Dans beaucoup de villes les grossesses précoces existent. »
Le dernier volet, tout juste diffusé hier, évoque les « cassos » autrement dit les cas sociaux, ce public qui ne vit que d’aides, d’amour et d’eau fraîche ou d’autre chose d’ailleurs.

Les cassos

Cet ultime volet parle d’ennui des jeunes, de drogues, de bagarres. Ouf, une éclaircie printanière se lève sur les champs de colza tout juste fleuris. La conclusion est pleine d’espoir : « Le souvenir d’une culture ouvrière fait qu’on y croit encore, commente Ariel Wizman « et qu’on rêve pour les enfants des mères ados de Thiérache d’une autre vie . »
En attendant que les enfants de ces mères adolescentes grandissent avec l’espoir de jours meilleurs, de grâce, confrères parisiens, oubliez nos cassos et nos mères ados à moins qu’un direct sur une chaîne d’information ne soit prévu dans les prochains jours.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-bienvenue-dans-la-ville-poussette-ia16b109n50705

Merci à Sylvie la guisarde de m'avoir suggéré cet article de presse ... merci à l'Aisne Nouvelle, le journal de mon adolescence d'avoir écrit l'article...il fait débat ...alors débattons ... je comprends le maire de Guise ...il aime sa ville comme nous ... débattons, les commentaires sont ouverts !


mardi 8 avril 2014

Guise : il harcèle les pompiers et les gendarmes "pour s'amuser"

Un homme de 22 ans a été condamné hier en son absence à 200 € d’amende avec sursis pour avoir téléphoné aux gendarmes sans raison. 
Le 7 novembre 2013, le centre opérationnel de Laon a reçu pas moins de dix appels en moins d’une heure pour un prétendu vol. Connaissant l’énergumène, les gendarmes de Guise ne se sont pas déplacés dans un premier temps avant de finalement se rendre chez lui. 
Comme ils le pensaient, il n’y avait eu aucun vol, juste un abus d’alcool de la part de ce jeune homme qui a indiqué avoir fait ça «pour s’amuser». Il avait déjà été condamné en février pour avoir harcelé les pompiers sans raison.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-il-harcele-les-pompiers-et-les-gendarmes-pour-s-amuser-ia44b0n49752

dimanche 6 avril 2014

Vadencourt : Danièle le-Bitouzé, à l’unanimité

C’est dans la salle des fêtes que les 15 membres élus de la liste du maire sortant Danièle Le-Bitouzé se sont réunis, devant de nombreux habitants de la commune, pour soumettre au vote les différents postes.
Sans surprise, c’est Danièle Le-Bitouzé, 69 ans, qui est réélu maire par une majorité de 14 voix et un nul sur un total de 15 votants.
La réunion s’est poursuivie par la mise aux voix du nombre d’adjoints, 14 membres ont voté pour un nombre de trois adjoints et une personne pour quatre adjoints.
C’est par 14 voix et 1 nul que Patrick Mariage a été élu premier adjoint ; Marc Caure a été élu par 13 voix et 2 nuls au poste de deuxième adjoint. Roselyne Fièvre a été élue au poste de troisième adjoint par 13 voix et deux nuls.
Liste des conseillers : Vincent Caille, Martine Page, Marie-Bénédicte Gleyze, Benoît Charuel, Séverine Droy, Pascal Dufeuille, Yannick Quiriconi, Bernadette Carpentier, Jean-Luc Prat, Mélanie Lely et Jeremy Lebegue.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/vadencourt-daniel-le-bitouze-a-l-unanimite-ia16b109n47430

vendredi 4 avril 2014

Guise des noces en diamant

Jean-Louis Tarral et Jacqueline Licette, se sont mariés à Guise le 27 mars 1954 à 16 heures, cela fait donc 60 ans qu’ils se sont dits oui.
Jean a fait des études de chaudronnerie puis rentre chez Bronzavia en 1945. Au retour de 10 mois de service militaire, il est licencié de cette entreprise et rentre chez Marcel Dassault, à Puteaux, en 1952 où il restera jusqu’à sa retraite en 1987. Jean est également un passionné de football qu’il pratiquera à Courbevoie et Puteaux.
Jacqueline a poursuivi ses études jusqu’au certificat d’études. Elle a fait ensuite des stages, de la couture puis est finalement employée à la Poste pour la distribution des télégrammes. Elle travaillera par la suite à Vadencourt au métier de tissage.
De leur union est née une Françoise le 16 janvier 1955, qui leur donnera deux petits-enfants, Peggy et Julien. De leur petite fille naîtront deux arrière-petits-enfants, Hugo et Maëlys.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-des-noces-en-diamant-ia16b109n47126

jeudi 3 avril 2014

Portes ouvertes à Jeanne d’Arc

Samedi l’école Jeanne d’Arc a ouvert ses portes aux personnes désireuses de connaître l’institution, son actualité et l’enseignement proposé.
L’établissement catholique Jeanne d’Arc est composé d’un cursus allant de la maternelle au collège et proposait une visite fléchée très bien organisée de différentes expositions ou thématiques avec intervenant, guides et professeurs pour répondre aux questions posées par les visiteurs.Vous pouviez trouver, une exposition sur « l‘histoire du monde » de l’élève Quentin Lobjoie et beaucoup d’autres choses encore.Dans différentes parties de l’établissement une pose café, jus de fruit et gâteaux était proposée.
Une initiative intéressante était proposée aux très jeunes futurs élèves de la maternelle, une découverte de l’établissement par l’intermédiaire d’un jeu de chasse au trésor. Celui-ci a permi aux enfants de « s’approprier » les locaux de leur future école sans pleur ni cris.Quentin lobjoie élève de troisième est âgé de 15 ans. « j’ai toujours aimé l’histoire, Louis XVI, la guerre 14... Je me destine a devenir professeur d’histoire » exprime-t-il. Historien de la section des anciens combattants, il n’hésite à faire de longue recherche dans les archives de mairie pour retracer l’histoire des communes. Il n’en est pas sa première exposition, et a déjà programmé celles de Thenelle et de l’Arche pour le centenaire de la guerre 14/18.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/portes-ouvertes-a-jeanne-d-arc-ia16b109n47149

mercredi 2 avril 2014

Anne Houtman en visite à Guise...Elle se rendra notamment au lycée professionnel Dolto

Anne Houtman, chef de la représentation en France de la Commission européenne est attendue dans la cité des Ducs vendredi. Elle se rendra notamment au lycée professionnel Dolto.

L’information vient tout juste d’être connue. Celle qui fut par le passé chef adjoint de cabinet de Romano Prodi, président de la Commission de 1999 à 2004 viendra rencontrer les élèves pour leur parler de l’Europe à quelques semaines des élections mais pas seulement. Le Lycée professionnel Françoise Dolto participe au projet européen « Comenius-Elvis 3.0 » qui consiste à faire coopérer plusieurs lycées européens autour de la réalisation, la promotion et la vente d’un produit concret conçu en commun.
Par ailleurs, Guise reste au cœur de l’Europe avec dans quelques jours un débat au Familistère le 17 avril prochain à partir de 20h15, au Théâtre dans le cadre de la campagne des élections européennes.
Le thème sera « L’Europe doit-elle décider pour vous ? », animé par Matthieu Mayer, candidat aux Européennes et Anne Ferreira, ancienne députée européenne et vice-présidente du Conseil régional.
La 1ère partie du débat parlera « L’Europe, comment ça marche ? La 2ème partie traitement de « L’Europe est-elle utile pour la France, la Picardie, l’Aisne, la Thiérache et Guise ? » et enfin vers 20 h, « L’Europe face aux populismes » puis « L’Europe que nous voulons pour demain ». Le débat permettra après les interventions de donner la parole au public. Entrée libre et gratuite.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/anne-houtman-en-visite-a-guise-ia16b109n46823

mardi 1 avril 2014

Guise : un livret historique et une Bande dessinée sur le château

Les Amis du château semblent plus que jamais déterminés à poursuivre de nombreuses actions qui, au fil des mois, se précisent.
Créée en juin dernier, l’association qui vient de tenir sa première assemblée mise beaucoup sur le développement touristique et la communication.
Un fascicule sur l’histoire du château va de nouveau être édité car la dernière parution remonte à 25 ans. L’association a décidé d’investir pour « combler un grand vide » selon les dires du président Alain Debadier. Le document tout couleur comprendra des textes, photos et plans sur les mille ans d’histoire de ce site historique. On y trouvera notamment un fac-similé d’un plan du XVIIIe siècle de la Bibliothèque nationale de France.
Il s’agit de la première réalisation importante pour l’association qui va nécessiter une avance de trésorerie de 7 500 €, qui sera, à terme, récupérée par la vente des 2 500 exemplaires tirés avec l’objectif de dégager des bénéfices.
Le coût de revient du document en question est de 3 € pièce pour une vente au public de 5 € à compter du mois de mai.

Une Bande dessinée sur le château ?

Outre ce bel et ambitieux projet, l’association a aussi dans l’idée de proposer un second ouvrage plus ludique et décalé sur l’histoire du château.
Une rencontre avec Hervé Lacoste, auteur de bandes dessinées, ancien du Journal de Mickey, devrait sans doute permettre la réalisation d’une BD sur l’histoire du château fort de Guise. L’auteur est venu en repérage au Château il y a une quinzaine de jours. Outre ces réalisations historiques et ludiques, le fort du château reste son aménagement avec là encore dans l’immédiat la volonté de remettre en service l’ancienne boulangerie. Il s’agit d’une pièce en entrée de site qui pourrait dans un futur proche accueillir du public et des expositions.
En attendant des travaux doivent y être réalisés, « le projet consiste a rendre étanche ce bâtiment car les infiltrations empêchent l’utilisation permanente de cette salle » a expliqué le directeur Nicolas Maineray.
Avant les travaux, il va falloir commander une étude auprès d’un cabinet d’architecture du patrimoine. Là encore, cela a un coût. Il faut compter 7 500 € qui devraient être pris en charge pour moitié par la Direction des affaires culturelles de Picardie, avec l’idée de faire financer 30 % du coût par du mécénat. « Cette pièce pourrait être mise en service en 2016. » Des travaux d’électrification de galerie pour proposer de nouveaux endroits à visiter aux touristes sont en prévus.
Les Amis du château comptent à la fois sur la mobilisation de mécènes locaux et sur le bénévolat des habitants pour apporter une nouvelle dynamique au site.
Pour que les Guisards se réapproprient les lieux, une porte ouverte devrait avoir lieu dans quelques semaines avec entrée gratuite.*

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-un-livret-historique-et-une-bande-dessinee-sur-le-ia16b109n44919