vendredi 28 février 2014

En direct du Château n°6

En direct du Château...
N°6, 26 février 2014
 
 
Les chantiers
 
La grande période des chantiers n’est pas encore tout à fait relancée, bien que le printemps semble presque là certains jours, mais nous continuons les chantiers ponctuels qui permettent, une fois les jeunes de retour, de faciliter la vie sur le site.
 
 
Nous avons par exemple restauré la grande porte en bois de ce que l’on appelle « la deuxième voûte », c’est-à-dire la porte qui sépare la première cour de la basse-cour (si vous ne situez pas tout à fait ces différents espaces, c’est qu’il est temps de venir nous rendre une petite visite !). Le chantier a consisté à remettre la porte dans ses gonds, puis à recréer des crapaudines permettant de faire pivoter la porte. Pour ce faire, des grès ont été ancrés au sol puis percés, pour accueillir les pivots métalliques tenant chaque battant. Le système de fermeture a lui aussi été retravaillé : une poignée permet maintenant d’ouvrir et de fermer facilement un battant ; tandis qu’une barre de fer, ancrée dans le mur, retient l’autre battant.
Nous aimerions lancer cet été un chantier de peinture de la porte pour la protéger et l’embellir, mais pas avec n’importe quelle peinture, puisque nous souhaitons initier les jeunes bénévoles à la peinture à l’ocre. Celle-ci est naturelle et économique, mais également plus ludique que celle du commerce puisque sa fabrication ressemble à une vraie préparation culinaire avec recette, ingrédients, quantités et cuillère pour mélanger le tout ! Affaire à suivre...
 
 
Le retour des jeunes, justement, approche ! Les prochains camps-chantier patrimoine du Club du Vieux Manoir auront lieu lors des vacances de Pâques, et plus précisément du 12 avril au 11 mai en ce qui concerne le Château-Fort de Guise. N’hésitez pas à contacter le secrétariat national de l’association pour tout renseignement et inscription. Ne tardez pas trop, certains jeunes bénévoles s’inscrivant déjà pour les chantiers de l’été... !
 
Contacts :
Club du Vieux Manoir                                      
Ancienne Abbaye royale du Moncel
03 44 72 33 98
www.clubduvieuxmanoir.fr
contact@clubduvieuxmanoir.fr

 
 
 
Le Portrait de Bénévole
 
Daniel Roethlisberger, 53 ans, résidant dans les Vosges, au Château-Fort de Guise entre octobre et novembre 2013.
 
Ancien directeur de Chantier d'Insertion dans un monument historique je suis actuellement chargé de mission au développement associatif dans une association portant un Chantier d'Insertion basé sur le maraîchage.
 
Faisant partie de l'association des Amis du Château de Lafauche, qui a pour but d'animer  et de restaurer les ruines d'un château du 13ème siècle, j’avais eu des discutions très intéressantes avec les différents directeurs de chantier du Club du Vieux Manoir, qui intervient sur le site du Château de Lafauche depuis 2011. Je leur avais promis que je passerai les voir au Château de Guise, chose faite fin 2011. Et ayant un peu de temps libre en 2013, j'ai aussitôt pensé à Guise, afin de voir si je pouvais apporter un peu de mon expérience pour certains travaux, et me plonger totalement pendant plusieurs jours dans la vie du Club du Vieux Manoir.
 
D'une part, j'ai toujours adoré les monuments historiques, et quand on vient au Château de Guise, on en tombe amoureux. On est comblé, on peut revenir pendant plusieurs années, il y aura toujours quelque chose à découvrir. Ayant travaillé en espaces verts, et comme il y avait quelques endroits à dégager de la végétation, j'ai donc abattu quelques arbres afin de donner un peu plus de clarté au site, et dégagé quelques talus.
 
D'autre part, quand on connait le CVM, ainsi que son histoire, on ne peut que partager ses valeurs. Réunir les deux à la fois, c'est que du bonheur : voir la vie d’un chantier, rencontrer et échanger avec les jeunes et moins jeunes du Club... Dans un monde où on nous dit que les jeunes  ''ce n'est plus ce que c'est'', et bien à Guise, ils nous donnent une bonne leçon de volonté, courage et solidarité.
 
Je pense qu'il reste encore un peu de végétation à dégager sur Guise, donc dès que j'ai un peu de temps, et quand l'hiver sera passé, je reviens !
 
 
 
Les actualités
 
 
Le Club du Vieux Manoir a toujours eu pour objectif, depuis ses débuts, l’animation et la valorisation des sites sur lesquels il intervient, en particulier les sites permanents, en plus de la restauration et de l’entretien de ces monuments. Ainsi, le 5 février dernier, Nicolas Maineray, directeur du Château-Fort de Guise et Alexandre Vitel, directeur de la régie du Familistère de Guise, se sont réunis dans le foyer du théâtre du Familistère pour signer une convention de partenariat marquant la volonté des deux sites d’évoluer vers une stratégie touristique commune. Cette convention inaugure le lancement d’un billet groupé à destination du public individuel, en juillet-août pour le moment. Espérons alors que l’été sera riche en touristes et visiteurs à Guise !
 
Nous avons eu le plaisir d’accueillir au Château Julie Protin, stagiaire en BTS Tourisme, durant quatre semaines. Ayant déjà effectué un stage au sein de l’Abbaye du Moncel et participé cet été aux camps-chantiers de Guise, Julie connaissait bien l’association et le site. Elle a pu profiter de ce stage professionnalisant pour participer plus directement aux activités touristiques : accueil des visiteurs, visites, activités pédagogiques, conception d’un nouvel atelier pédagogique autour des graffiti dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale... Nous accueillerons, dans les mois à venir, plusieurs autres stagiaires qui vont eux découvrir le Château-Fort et le Club...
L’accueil de stagiaires est une habitude également ancienne du Club du Vieux Manoir, qui répond à notre engagement dans l’Education Populaire et à notre volonté de former des jeunes et de valoriser leur travail ; cela nous permet également parfois d’assurer des visites et de mener à bien des projets plus nombreux. Le Club du Vieux Manoir répond ainsi à ses deux engagements majeurs : être au service à la fois des jeunes et du patrimoine !
 
 
Nous avons reçu récemment la visite de deux chargés de mission du Conservatoire d’espaces naturels de Picardie, venus recenser les « chiroptères » (entendez chauves-souris !) présents dans les souterrains du Château. Ce déplacement répond en fait à la signature en 2011 d’une convention de partenariat signée entre le Club du Vieux Manoir et le Conservatoire, laquelle a pour objectif de préserver, dans le cadre notamment de la restauration du monument, ces espaces d’hibernation des chauves-souris que sont nos souterrains, jugés majeurs sur le territoire. Sachez donc que sont présents au Château des Vespertilions à moustaches, des Vespertilions à oreilles échancrées, des Vespertilions de Daubenton, des Pipistrelles communes, des Grands Murins ou encore des Sérotines. Peut-être les croiserez-vous lors de votre prochaine visite !...
 
 
L’Association des Amis du Château-Fort de Guise (A.C.G.), créée il y a quelques mois et dont nous vous avons déjà parlé dans de précédentes lettres d’information, tiendra sa première Assemblée Générale dans une salle de la mairie de Guise, le vendredi 21 mars à 19h. Ce sera l’occasion de faire un premier bilan des actions qui commencent à être lancées, mais surtout de faire connaître plus largement l’association, en espérant y attirer encore plus de bonnes volontés locales, car les projets autour du Château-Fort sont nombreux, et passionnants !
 
 
Enfin, pour ceux d’entre vous qui ne suivraient pas notre page Facebook (mais cela est-il possible ?!), sachez que trois petites chèvres sont nées ce mois-ci. Elles devraient être toutes prêtes à abandonner le lait de leur mère pour l’herbe fraîche des pelouses lors de l’arrivée du printemps !
 
 
  
Bonne journée à vous !
Les jeunes du Club du Vieux Manoir

Au Vox le 5 mars / Les Trois frères, le retour

INFO "ALLO CINE"

Les Trois frères, le retour

hebergeur image
 
 
 


Guise : l’association horticole en pleine expansion

A la table du bureau, James Dorge, président de l’association, Hugues Cochet maire de la commune, Daniel Cuvelier conseiller général, Jean- Louis Bricout député, ainsi que Jean-Pierre Prévot premier adjoint.
La vice-présidente a lu le bilan des activités de 2013 qui furent nombreuses et couronnées de succès:
Le marché aux fleurs et ses animations (vanneries, poteries, plantes médicinales, promenades en poneys, le salon du champignon avec les cueillettes, la mini-ferme, le photographe animalier.
Le grand salon de la gastronomie, nature et artisanat avec son record d’exposants et de diversité. «Le plus important rendez-vous sur Guise, mis à part le premier mai» it selon le conseiller général. Enfin, le voyage à Amneville-Lès-Metz, a permis de partir à la découverte des orchidées sauvages.
Le bilan financier montre une gestion saine pour une association en pleine expansion.
Un chèque de 320 €, bénéfice d’une vente d’enveloppes, fut remis à M. Perrin représentant les Restos du cœur.
James Dorge a insisté pendant deux heures sur le côté humain des associations, l’entraide, l’insertion et la porte grande ouverte «pour toutes les différences qui sont des forces». Il eut une pensée émue pour M. Borgonjon, responsable des services techniques de la commune, récemment disparu.

Activités pour 2014

En plus des trois manifestations phares de l’association, le marché aux fleurs du 4 mai. le salon du champignon des 4 et 5 octobre, le salon de la gastronomie les 8 et 9 novembre, il expliqua le voyage annuel, La journée de la rose à l’abbaye de Chaalis-Senlis-Ermenonville, qui comporte, plus de 100 exposants.
L’assemblée s’est ensuite rendue au cimetière de la commune pour inaugurer le cèdre bleu planté il y a un an.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-l-association-horticole-en-pleine-expansion-ia16b109n30700

jeudi 27 février 2014

Guise : les porte-drapeaux cherchent un vice-président

Le président Ferdinand Abraham demanda une minute de silence en mémoire des porte-drapeaux disparus en cours d’année, avant de laisser la parole au vice-président et secrétaire Alain Chantrelle de présenter le rapport moral et d’activité de l’amicale. Il rappela que cette assemblée était pour lui bien particulière avec la disparition récente de Christian Coët, qui fût lui-même vice-président. L’Amicale compte 44 porte-drapeaux. Son rayon d’action porte sur les cantons de Guise, Sains-Richaumont et Wassigny. Les porte-drapeaux ont rehaussé de leur présence de nombreuses manifestations patriotiques, le Chemin des Dames, le cimetière de Malmaison, la Pierre d’Haudroy, et malheureusement lors de funérailles.
La trésorière Marie-Louise Abraham a fait état des finances qui laissent apparaître un solde positif. Les seules recettes sont les cotisations, celle-ci est de 15 €, sachant que 7 € sont reversés à l’association départementale. Le vice-président souligna que sur 53 communes, seules 13 participent. Il annonça sa démission de son poste. Un nouveau bureau a été élu et se compose comme suit, président: Ferdinand Abraham, le poste de vice-président secrétaire reste vacant pour le moment faute de volontaire et trésorière Marie-Louise Abraham.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-les-porte-drapeaux-cherchent-un-vice-president-ia16b109n29829

Lesquielles-Saint-Germain: il maîtrise le voleur d’essence à coups de fusil

Un homme de 24 ans a été condamné ce mardi à un an de prison dont dix mois avec sursis pour avoir volé du carburant chez un agriculteur de Lesquielles-Saint-Germain près de Guise.
Le 17 décembre dernier, il s’était introduit dans l’exploitation siphonnant un tracteur avant de transvaser le carburant dans plusieurs jerricanes. Il les a laissés sur place avant de revenir quelques heures plus tard pour récupérer l’essence.
Cette fois, il a été accueilli par l’agriculteur muni de son fusil de chasse qu’il a pointé sur lui. Effrayé, le voleur a tenté de se sauver mais pour ne pas qu’il s’échappe, et montrer sa détermination, le fermier a tiré deux coups de feu en l’air. La fuite s’est arrêtée net et les deux hommes ont attendu sagement que les gendarmes arrivent.
L’exploitant n’a pas été poursuivi pour ces coups de feu. « Ce n’est pas la meilleure méthode c’est vrai, a reconnu l’agriculteur. Mais on est sans arrêt victimes de vols. La semaine dernière, on m’avait volé cent litres dans une batteuse et c’est pareil chez mes voisins. À un moment, ça m’a vraiment énervé. »
Le prévenu, quant à lui, a expliqué vouloir se rendre dans le Pas-de-Calais mais, comme il n’avait pas assez d’argent pour se payer du carburant, il est allé se servir chez l’habitant.
Pour la petite histoire, pendant qu’il commettait son méfait, son enfant d’un an se trouvait seul dans la voiture. Il a avoué aux gendarmes avoir déjà commis un vol d’essence dans la même exploitation quelques jours auparavant.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/lesquielles-saint-germain-il-maitrise-le-voleur-ia16b109n30209

mercredi 26 février 2014

Au Vox Ce jeudi à 15 heures et en 3D : M Peabody et Sherman



également : samedi 1er mars à 15 heures (3D) – Dimanche 2 mars à 17 h 30 (3D) – Mardi 4 mars à 17 h 30 (2D).

Au Vox : LA VOLEUSE DE LIVRES Ce jeudi à 17 h 30.



Egalement : vendredi 28 février à 21 heures – Samedi 1er mars à 17 h 30 – Dimanche 2 mars à 20 h 30 – lundi 3 mars à 17 h 30 – Mardi 4 mars à 15 heures

Guise : la voiture du maire privée de ses quatre roues pendant la nuit

Le maire de Guise a eu une désagréable surprise ce mardi matin. Réveillé par notre colporteur de journaux Dany Brulé, il a constaté que sa voiture, une Renault Mégane de 2005 reposait sur deux parpaings, dépouillée de ses quatre jantes. Le véhicule était pourtant stationné devant son domicile, juste en dessous d’un lampadaire. Un larcin effectué dans des conditions qui font penser à « un travail de pro, ils ont dû faire ça en 10 ou 15 minutes » estime le premier magistrat de la Cité des Ducs.
Le vol de ces pièces, qui peuvent valoir plusieurs centaines d’euros sur le marché de l’occasion, laisse toutefois davantage penser à un acte crapuleux, qu’à une action liée aux fontions de l’élu. La voiture a depuis été déposée au garage en attendant la visite d’un expert qui doit évaluer le montant des réparations. Une plainte a parallèlement été déposée en gendarmerie.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/region-en-direct

Le palais social 1985 réalisation Anne-Marie Faure sujet le Familistère de Guise dans l'Aisne


Le palais social 1985 réalisation Anne-Marie... par fonds-ancien

dimanche 23 février 2014

Guise dans l'eau ... en 2011 ...on se souvient ?

On se souvient tous des inondations à Guise... à mon époque c'était courant !!!
et aujourd'hui?

Voici une petite vidéo de Guise sous les eaux ...

samedi 22 février 2014

Guise : on prépare le centenaire de la Bataille

L’association de recherche archéologique (l’ARCHE) prépare activement les cérémonies du centenaire de la bataille de Guise avec différentes manifestations qui se dérouleront au Familia. Le vendredi 29 août à 18 heures, inauguration de l’exposition sur la bataille de Guise et la vie des civils de Guise pendant la guerre 1914.

Bientôt un livre

À cette occasion, il sera présenté également le livre sur la bataille de Guise de Christian Lemaire, qui sera édité par l’Association, avec le soutien financier du conseil général de l’Aisne et de la Fondation du Crédit agricole.
Cet ouvrage de 150 pages environ tiré à 3000 exemplaires, relate les combats ayant eu lieu les 28, 29 et 30 août 1914 entre la Ve Armée française du général Lanrezac et la 2e Armée allemande du général Von Bülow est attendu par les nombreux lecteurs, avec des témoignages tant allemands que français. Chaque jeudi, nos lecteurs suivent avec attention cette chronique dans nos pages. Une conférence viendra compléter ce début de programme vendredi 29 août à 20 heures 30 au théâtre du Familistère. Elle sera animée par Jean Husson, le vice-président qui présentera les 3 jours de la bataille de Guise, ses origines, ses conséquences.
Invité par le château fort de Guise, Erwan le Gall, historien breton, spécialisée dans le déni d’histoire, exposera ses recherches sur les causes de la non-reconnaissance d’événements majeurs de L’histoire de France, parmi lesquels la bataille de Guise est un exemple flagrant.
L’association participera également aux cérémonies commémoratives du matin le samedi 30 août au cimetière du Sourd, et dimanche 31 août pour la ville de Guise.
L’exposition sur la bataille de Guise et la vie des civils sera ouverte pendant tout le week-end, et sera également présentée durant plusieurs semaines au mois d’octobre 2014 à la salle du Familia.
Plusieurs visites du site de la bataille de Guise seront proposées, avec comme support un dépliant qui complétera les deux autres visites proposées par l’association à savoir la visite de la vieille ville et la visite de l’église Saint-Pierre Saint-Paul.

http://www.aisnenouvelle.fr/region/guise-on-prepare-le-centenaire-de-la-bataille-ia16b109n27367

mardi 18 février 2014

Memoire du siecle St Quentin, Guise 02


 
On commence à voir Guise à partir de 2,55 mn
Vous y verrez les ouvriers de chez Godin en action... c'est vraiment touchant de voir nos ancêtres comme ça !!!

lundi 17 février 2014

L'embuscade de Bitche

hebergeur image
Vous savez maintenant que je ne suis pas très bon en topographie... depuis que je vous ai raconté mon histoire de la nuit dans la pinède...vous allez encore en avoir la preuve dans ces souvenirs.
A Guise c'était simple, je connaissais le coin comme ma poche mais dans les forêts de  Lorraine (terre de mes ancêtres) je ne connaissais pas...
Je reviens sur mon examen CIA à Bitche ("Les armes de Strasbourg")... je ne parle plus du sport qui m'a permis de réussir mon examen...les autres épreuves n'ont pas été brillantes...que ce soit l'Instruction du tir ou la Santé, je n'ai pas été très performant... le pire fut justement la topographie...on ne se moque pas de moi.... merci !
Pour l'épreuve de topographie nous avions rendez vous sur un parking du camp...un officier est venu me chercher avec une jeep... il m'a trimballé sur des routes inconnues...puis a monté une colline ...arrivés en haut de cet mamelon...il m' fait descendre de la jeep, m'a donné une carte d'état major et m'a demandé de l'étudier pendant un quart d'heure... regarder une carte pendant si longtemps n'était pas drôle...en moi même je pensais qu'il aurait dû plutôt me donner à lire un bouquin...ça m'aurait fait passer le temps...il est revenu vers moi et m'a dit que l'épreuve commençait.
Il m'a montré un village au loin..."regardez ce clocher d'église et dites moi quel est ce village" je suis resté muet..."Alors ?" "je ne sais pas"
L'officier m'a alors expliqué sur la carte "là vous avez un bois, c'est celui ci à l'Est...ensuite vous avez un talweg à l'ouest, c'est celui ci ...donc le village c'est Haspelschiedt" J'ai du le regarder bêtement car il a haussé les épaules...je me suis dit que pour lui c'était facile il devait habiter dans le coin...il serait venu à Guise là je lui aurais montré que moi aussi je connaissais....Enfin il ne m'a pas mis de mauvaise note car j'ai bien écouté ses explications et il a eu pitié vu mon jeune âge...merci mon capitaine !
Le meilleur de l'examen je vous le réserve pour la fin ....
Epreuve de combat....L'officier noteur me donne une carte pareil que pour la topo...il me fait tirer une question...je tombe sur l'embuscade...Organiser une embuscade sur une piste que l'officier me montre sur la carte...un groupe de soldat est à ma disposition...je leur demande de me suivre...j'observe la piste...et je place mes soldats pour l'embuscade comme je l'ai appris...facile pour moi le fantassin !
Je retourne voir l'officier...je fais un dessin sur le sable par terre et lui montre mon dispositif plaçant des branches à chaque emplacement de soldat... Et j'emmène l'officier sur les lieux de mon embuscade...il me dit que c'est très bien ...je suis fier de moi...enfin une très bonne note je pense...Puis il me prend à part à l'abris des regards...et me dit "votre embuscade est très très bien pensée et installée...malheureusement... ce n'est pas sur cette piste là qu'il fallait la faire ...celle que je vous ai montré sur la carte est un peu plus au nord de la votre....JE DEVRAIS VOUS METTRE UN ZERO...  néanmoins comme vous avez bien compris le principe de l'embuscade je vous mets la moyenne " OUF !!!
Vous voyez à quoi ça tient un examen...j'avais une tête qui lui plaisait ... ma jeunesse et ma timidité m'ont bien servi sur ce coup là...
La prochaine fois on parlera des épreuves de tir !

dimanche 16 février 2014

"Vous allez avoir froid mon colonel "

hebergeur image

Le petit guisard continue à vous raconter des épisodes de sa vie militaire...
A l'armée, on doit pouvoir s'adapter à toute sorte de situations et de métiers... c'est la polyvalence et c'est comme ça que vient l'expérience aussi bien dans l'opérationnel que dans l'administration.
Après mon départ de Belfort, j'ai donc été tour à tour ...comptable munitions... responsable d'une cuisine... adjoint à un officier d'ordinaire ou gestionnaire du budget d'un régiment... je me souviens ...c'était au 8° régiment d'infanterie à Noyon dans l'oise...c'était le régiment d'Austrasie ( Durant la période mérovingienne, l’Austrasie (territoires de l'est) était un royaume franc couvrant le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin.)
J'étais donc gestionnaire du budget du budget au PC avec le Chef des services administratifs le commandant Lescure. Le commandant est tombé gravement malade et je l'ai suppléé dans certaines tâches... la place de chef des services administratifs était occupé en suppléance par le commandant Legru ...j'avais connu le commandant Legru au 35°RI à Belfort où il occupait les fonction d'officier mécanicien. Je travaillais donc en bonne compagnie.
Le colonel montait souvent me voir dans mon bureau histoire de voir comment je m'en sortais dans le budget ...j'étais jeune adjudant et j'occupais le poste d'un adjudant chef. Le colonel ne pensait pas en me nommant à cet endroit que j'allais le faire souffrir.
J'étais en outre responsable des économies d'énergie et à ce titre je tenais des tableaux et calculais chaque jour le DJU du régiment en fonction de la consommation du fuel lourd de la chaudière centrale du régiment...Chaque jour d'hiver coûtait 10 000 francs 1500 euros) au budget du régiment...Pour être sur de finir l'année avec le budget, je devais jouer sur les consommations d'énergies qui représentaient la dépense principale du régiment...Un jour j'ai eu une idée de génie....
Un matin, j'ai téléphoné au colonel...
"mon colonel, demain venez travailler avec votre parka....le chauffage sera en panne"
Il ne m'a pas fallu longtemps pour expliquer au colonel que je mettais la chaudière "hors gel" pendant 10 jours et qu'on allait gagner 100 000 francs (150 000 euros).
Pari tenu, le colonel donne des ordres...les compagnies sont envoyées en permission et on gagne sur tous les plans... chauffage, électricité, eau et alimentation...
Pour plaisanter le colonel m'a demandé ce que j'allais lui acheter avec les économies ainsi effectuées... il voulait des rideaux pour son bureau ...on lui a fait confectionner des rideaux ...
Vous allez me prendre pour un monstre de laisser les gens dans le froid....mais parfois il faut jouer de ruse pour remplir une mission...et ma mission c'était tenir le budget pour l'année...
J'ai été confronté à ce problème par ailleurs ...je vous le raconterais .... hebergeur image

jeudi 13 février 2014

Le chateau de la favorite et Caracalla

hebergeur image
On va se promener ?
Mettez vos chaussures de sport... survêtement... et suivez moi ....
Je me souviens;;; le Bureau Finances Budget de Baden ...c'était un bureau sportif...un bureau de sportifs...trois fois par semaine, le matin, nous allions en sport...tout le monde ! Les officiers, les sous officiers et les civils allaient courir ou nager ... notre destination était souvent le bois qu'on appelait "les canadiens" car la base canadienne n'en était pas loin...le parcours était souvent le même et chacun s'étalonnait sur son parcours...que ce soit Delphine, Alessandra ou moi même nous mettions un point d'honneur à terminer le parcours sans encombres.
Parfois nous n'allions pas au bois des Canadiens...nous allions au château de la Favorite sur la route de Rastatt...nous y avions également un beau parcours de footing. Que de souvenirs que ces courses folles jusqu'au château !!! Ceux et celles qui me liront se souviendront avec émotion...
Une fois par semaine nous allions à la piscine et parfois même nous allions au Caracalla Thermes de Baden...nous nous glissions dans les bains bouillonnants... nous nous faisions des douches chaudes et froides pour la circulation du sang...
De retour au bureau après la toilette nous buvions un café en commun... je me souviens....
Et le travail dans tout cela ?
Justement...travailler dans ce bureau était un vrai bonheur...l'ambiance y était formidable et l'entente parfaite...les séances de sport servaient la cohésion et travailler avec des collègues qui avaient fait le footing avec vous était un vrai bonheur...
Alors on se souviens du chateau de la Favorite ? Alessandra... Delphine...Françoise ...Denise....???
hebergeur image
hebergeur image

mercredi 12 février 2014

Les armes de Strasbourg

hebergeur image

Vous vous souvenez qu'à l'époque où je travaillais à la Société Générale j'allais, à pied, de la banque à la Poste avec une serviette remplies de centaines de billet de banque. La serviette contenant également un pistolet dont je ne savais pas me servir...faites ça aujourd'hui et vous verrez....
Mais j'ai fait, nous avons fait, mieux... quand j'étais à Belfort...
J'étais encore caporal chef et je devais aller passer mon CIA  à Bitche...
Le CIA (certificat inter-armes) permet de passer sergent chef....
Nous étions donc plusieurs du 35°RI à nous rendre à Bitche ...par le train... avec armes et bagages...
Les épreuves devaient durer une semaine.
Pour nous rendre à Bitche nous avions un arrêt à Strasbourg pour une correspondance deux heurs plus tard...nous nous sommes donc promené dans Strasbourg avec nos armes ...Un fusil MAS 49/56, un pistolet mitrailleur (PM) et un pistolet automatique (PA)...
Vous me voyer déambuler dans Strasbourg avec tout cet attirail ?
Et ce n'est pas fini... nous sommes allés manger une choucroute dans un grand restaurant de la ville avec nos armes que nous avons accroché au porte manteaux...
Vous voyez cette scène aujourd'hui ?
Là ce serait une émeute et une arrestation musclée par la police ....
J'ai passé mon examen..je l'ai eu...grâce aux épreuves sportives dans lesquelles j'ai obtenu 20/20 (parcours du combattant, 1000 m, lancer de grenade et grimper de corde)
Je pouvais donc attendre sereinement mes galons de sergent chef ...je n'étais pas encore sergent ...j'étais donc en avance.
Encore une fois, quand je me promenait dans Guise avec ma serviette je ne pensais pas que deux ans plus tard je serais à Strasbourg avec armes et bagages!!!

mardi 11 février 2014

La pinède

hebergeur image

Il y a toujours des petites anecdotes à raconter dans une carrière... et j'en ai ... le petit guisard n'a pas toujours brillé à l'armée...aujourd'hui j'en rigole mais sur le coup on se sent un peut perdu...perdu est bien le mot...
Je vais vous raconter une aventure qui m'est arrivée une nuit à Belfort.... je me souviens .....j'étais sergent, j'avais 20 ans....
A la 11° compagnie de Hatry mon chef de section était l'aspirant Roux...un grand jeune homme aux mains longues...il avait fait des études de médecine ...j'étais son adjoint...
Nous devions faire une marche de nuit...L'aspirant a coupé la section en deux partie... il a pris le première et moi la deuxième...avant de partir nous avons étudié notre itinéraire sur une carte... lui passait par l'Est et moi par l'Ouest...nous devions nous regrouper à un carrefour de départementales...
Il faisait nuit noire et se diriger dans la nature de nuit n'est pas simple...j'avais ma carte en main et je suivais l'itinéraire que j'avais prévu au départ....j'étais relié par radio à l'aspirant.... en cas de problème...
Nous sommes entré dans une pinède... et je peux vous dire qu'un petit sapin ressemble à ses frères ...surtout de nuit... nous marchions ...marchions.... marchions ...et je ne voyais pas la fin de cette pinède...soudain devant moi je distingue un soldat dans la pénombre... que fait il là...je me suis dit que l'aspirant avait perdu un de ses soldats...Non !!! je me suis rendu compte que ce soldat faisait partie de mon groupe et qu'il était en fin de colonne...nous tournions en rond dans la nuit et j'avais rattrapé la queue de mon groupe... j'étais donc perdu au milieu des sapins....!!!
J'ai aussitôt prévenu mon chef de section  par radio...il m'a sauvé ! il a envoyé une fusée éclairante dans le ciel et m'a dit de le rejoindre ou j'avais vu le départ de la fusée...il m'en a envoyé plusieurs pour que je sois sur d'arriver à le rejoindre....
Je l'ai enfin rejoint...il m'a un peu "chambré" et nous sommes repartis vers le fort Hatry pour aller nettoyer nos armes ... Chemin faisant il m'a fait comprendre que j'étais bon pour "payer mon coup".
Je l'ai fait d'une manière surprenante... aujourd'hui celui qui fait ce que j'ai fait ce soir là est sévèrement puni...mais c'était un autre temps et nous étions vraiment militaires (tous) 24 heures sur 24...
Arrivé au quartier je suis allé voir les serveurs du foyer, je leur ai demandé d'ouvrir leur bar et de servir la section... ce qu'ils ont fait sans rechigner ... ils avaient eux aussi un coup à boire...j'ai donc payé un verre à toute la section... quand on aime, on ne compte pas...Et comme disaient les cavalier du 1° régiment de Dragon à Lure "quand un cavalier tombe de cheval, il paie à boire" pour un fantassin, se perdre dans la forêt c'était un peu comme si j'étais tombé de cheval !!!

lundi 10 février 2014

Et ma timidité.....

hebergeur image
C'est la chaine repas de Mostar...j'y mangeais midi et soir...
 
Ma carrière militaire a été très dense en rencontres ... le premier homme que j'ai vu en vrai (je ne l'avais vu qu'à la télévision) fut le Général De gaulle ...au 14 juillet 1968 (oui j'ai défilé ce 14 juillet sur les champs Elysées) et je l'ai vu quand je suis passé devant lui avec mon char AMX13 .... il était blanc ... très blanc...ça m'a fait tout drôle...
Puis au cours de ma carrière j'ai côtoyé des ministres et des hommes célèbres et à chaque fois j'ai fait preuve de timidité ...ne me mettant jamais en avant...j'étais simplement content de les voir... j'ai trouvé que les hommes politiques avaient l'air inquiets et préoccupés... comme monsieur Juppé qui était premier ministre quand j'étais près de lui à Montlhéry... Seul monsieur Philippe Seguin avec lequel j'ai bu une bière dans les jardins de l'Elysée m'a paru détendu. Je me souviens aussi du Général de boissieu(le gendre du Général de gaulle) que j'ai souvent croisé ...qu'il soit en fonction (CEMAT) ou en deuxième section (c'est la position des généraux qui ne sont plus sous les armes) il a toujours eu un mot gentil à mon égard à chaque fois que nous nous sommes rencontrés.
Et il y a les généraux que j'ai connu jeunes officiers alors que moi j'étais jeune soldat...
Au 35°RI à Belfort, j'étais au 2° escadron et dans notre bâtiment il y avait la 1° compagnie du régiment... Cette compagnie était commandée par le colonel Mercier secondé par le lieutenant Patois. J'étais jeune soldat engagé donc invisible ...noyé dans la masse...Ma surprise fut grande quand j'ai vu arriver le Général Patois pour prendre le commandement de la 10° Division Blindée dans laquelle j'étais rédacteur à l'état major. Bien sur le général ne m'a pas reconnu puisqu'à Belfort j'étais noyé dans la masse...il m'a fallu deux ans de travail à ses côtés pour lui avouer que je l'avais côtoyé à Belfort... surpris il m'a dit que j'aurais du le prévenir avant. Et il m'a dit aussi "alors tu as vu les conneries que j'avais faites ...et tu as vu ça ne m'a pas empêché d'être général !" Un grand souvenir de ces années de travail sous ses ordres.
En 1998 j'étais donc président des sous officiers à Mostar... et à ce titre j'ai été invité à un repas avec le Chef d'Etat Major de l'Armée de Terre qui rendait visite aux soldats de la DMNSE. Je connaissais ce général... c'était le général Mercier que j'avais connu capitaine à Belfort... au repas j'étais assis face à lui...et c'est là que j'ai maudit ma timidité...la discussion n'a tourné qu'autour de banalités ... nous étions depuis 3 mois dans ce camps et le temps nous paraissait long et notre retour à "la maison" occupait  nos esprits... le général était surpris que nous ne lui posions pas de questions... nous étions des hommes aguerris forts de plusieurs années de carrière et nos sentiments étaient tournés vers la réussite de notre mission dans les meilleures conditions...nous avions les meilleures conditions donc pas de problèmes... dans la discussion une phrase était sur ma langue mais je ne l'ai pas sortie...je voulais lui dire que (comme le général Patois) je l'avais connu à Belfort...je suis certain qu'il en aurait été content ...mais ma timidité m'a empêché de prononcer cette phrase... je ne l'ai plus jamais revu...un grand homme ...petit par la taille mais grand dans l'esprit militaire.
Il y a un officier que j'aurais aimé revoir mais je n'ai pas eu cette chance... c'est mon chef de corps de Belfort le général Imbot...il a terminé chef des services de renseignement... mais je sais qu'il m'a suivi toute ma carrière...j'en ai eu des échos...

jeudi 6 février 2014

14 juillet au Mont Igman

hebergeur image
Puisque nous sommes dans les 14 juillet, restons y... Vous avez eu 1997 et l'Elysée et 1998 et l'ambassadeur de Bosnie à Sarajevo....
J'avais déjà participé à un 14 juillet à Sarajevo en 1996 alors que j'étais en mission au Bataillon du Génie à Rajovac...Et cette fois, je n'avais pas reçu de carton d'invitation car tout ou partie du bataillon était invité à dire adieu au Chef d'Etat Major de l'Armée de Terre qui quittait l'armée active... Ses conseillers avaient organisé un petit déjeuner matinal sur le Mont Igman au dessus de Sarajevo (Ancien Site Olympique).
Je connaissais la route car j'allais souvent sur le mont Igman visiter la compagnie du Génie qui était en camp là bas et qui avait pour mission la dépollution du site... (déminage).
Je vous livre ma réflexion sur ce 14 juillet particulier... faire déplacer au petit matin une grosse centaine d'hommes avec la fatigue et tous les risques que ça comporte... pour boire un café ! On aurait pu aussi bien boire ce café à la base de Rajovac ! Une, il faut acheminer tables, chaises et victuailles sur les hauteurs de Sarajevo par des chemins escarpés et dangereux.... Deux, il faut que le bataillon se lève aux aurores, s'équipe comme pour une cérémonie alors que nous sommes en opération extérieure.... Les Grands chefs parfois pensent nous faire plaisir en nous rendant visite dans nos campements mais il leur faut comprendre que pour nous les "guerriers" chaque instant de repos compte.... nous sommes soumis à diverses tensions psychologiques dues aux risques que nous prenons chaque jour dans ce métier... (rien que de passer en camion sur la "sniper avenue " de  Sarajevo vous fait monter votre tension de plusieurs degrés... et quand vous avez évité le danger, la tension retombe d'un coup... Saint Exupéry écrivait "l'action délivre de la peur" ...c'est vrai nous n'avons pas peur mais il y a une tension extrême en nous ...pas la peine d'en rajouter en nous faisant aller dans des endroit dangereux pour boire un café. (FERMEZ LE BAN)
Je suis donc monté là haut avec mon véhicule blindé... on ne sait jamais si on va sauter sur une mine... ou si le sol va se dérober sous le véhicule et nous entrainer dans le précipice.... Une parenthèse ...une semaine avant la fin de notre mandat un jeune soldat de 19 ans a vu son véhicule tomber dans un ravin... j'ai assisté à la levée du corps et je peux vous dire que j'ai pleuré en silence durant toute la cérémonie....
Nous avons donc bu notre café avec notre général ... bien contents quand même de lui avoIr dit adieu...et nous sommes redescendus dans la vallée pour une prise d'armes dans notre base... Quel 14 juillet !!!
Ma prochaine histoire vous montrera ma timidité... personne ne veux me croire...mais si je suis timide !

mercredi 5 février 2014

14 juillet à Sarajevo

hebergeur image
Je vous avais raconté que j'avais été invité à la Garden partie de l'Elysée le 14 juillet 1997 par Monsieur et Madame Chirac....on aurait pu appeler ça "un guisard à l'Elysée!"
L'année suivante j'ai été invité le 14 juillet par l'ambassadeur de Bosnie à un apéritif dinatoire.
J'étais donc président des sous officiers de la DMNSE (Division Multinationale Sud Est) de Mostar... et pour la fête nationale j'ai eu le plaisir de recevoir un carton d'invitation de la part de l'ambassadeur de Bosnie et de son épouse.
Comment aller de Mostar à Sarajevo ?
Je n'ai pas eu à chercher longtemps ...le général commandant la DMNSE m'a fait savoir par son cabinet que j'étais convié à effectuer le voyage avec lui dans son hélicoptère. Bonne pioche ! Une demi heure d'hélico à la place de 3 heures de véhicule blindé avec tous les risques que ça comporte... le chemin est sinueux, dangereux et plein de pièges (mines ou autres) L'hélicoptère peut lui aussi prendre un missile mais nos pilotes sont aguerris et ils connaissent leur métier en la matière...donc moins de risques ...l'itinéraire est étudié ! Il serait dommage de sa faire "flinguer" pour aller boire un coup avec monsieur l'ambassadeur...
L'hélicoptère s'est donc posé sur l'aéroport de Sarajevo, une voiture nous attendait pour nous emmener en ville . Le général, ses gardes du corps et moi avons fait une petite visite de Sarajevo en attendant l'heure de l'apéritif. Puis la voiture nous a conduit jusqu'au lieu de rendez vous....c'était un grand restaurant à la sortie de la ville appelé "La Piscine" (il y avait une piscine dans la cour). Nous avons fait la queue pour pouvoir présenter nos respects à l'ambassadeur et son épouse.... puis cette formalité accomplie, à nous le champagne et les taosts !!!
Soudain j'entends dans mon dos quelqu'un crier "MAJOR!!!" je me retourne et je vois mon ancien général de Chalons qui fonce sur moi me fait l'accolade en m'appelant son frère d'armes. Content mais surpris de cet accueil chaleureux. Le général était en poste à Sarajevo .... il était le numéro 2 de l'OTAN en Bosnie. Il m'a entrainé vers l'ambassadeur et son épouse pour me présenter à eux. Leur accueil fut très chaleureux....et nous avons discuté longuement de notre travail de militaire à Mostar.
Il faisait nuit et il a fallu repartir ... prendre l'hélicoptère pour Mostar.
C'était la première fois (encore une première fois!) que je prenais l'hélicoptère de nuit .... ça fait drôle...pas un bruit... le noir le plus complet...on se demande comment les pilotes arrivent à piloter sans rien voir à l'aveuglette... ça m'a paru long !
Et ce fut le retour à la base ... pour finir le travail  de la journée ... il y a toujours à faire dans un Centre Opérationnel !
Encore un beau 14 juillet ....

mardi 4 février 2014

Il y a toujours une première fois

hebergeur image
Je suis encore dans mes souvenirs guisards... mais mon esprit vagabonde dans mes années militaires... je dois vous raconter ce qu'un jeune qui a vécu sa jeunesse à Guise a connu dans sa vie d'homme...Il y a toujours une première fois... la première fois que j'ai embrassé une jeune fille c'était à Guise...je ne vous révèlerais pas le prénom de cette jeune fille que j'ai eu la chance d'embrasser pour ma première fois ...Je vais par contre vous raconter une autre de mes premières fois.
La première fois on s'en souvient toute sa vie.....
Ma première fois en avion.....
Quand on voit un avion dans le ciel on se demande toujours comment il fait pour tenir en l'air... et quand vous montez dedans vous vous demandez si il va tenir en l'air....
Mon premier avion était un avion militaire... un Hercule C130 ... il devait avoir fait la guerre d'Indochine !!! Vous êtes déjà monté dans cette boite de sardine ? hé bien je ne vous le souhaite pas comme baptême de l'air !!!
J'ai embarqué à Metz direction Sarajevo... les sièges étaient de hamacs et l'avion ramait ....oui il ramait ...Déjà, le décollage vous décroche le cœur tant il décolle vite et pendant tout le voyage vous avez l'impression de ramer... le bruit à l'intérieur est assourdissant ...il y a de l'air partout  et on est secoué en permanence. Mon commissaire n'a pas tenu le voyage ...il a rendu son petit déjeuner avant Sarajevo !
Quatre heures de voyages ...alors qu'un airbus le fait en deux heures ( je vous disait qu'il ramait) et un atterrissage à vous faire mourir de peur avant d'avoir commencé à combattre....
Au moment d'atterrir  le commandant de bord pique l'avion vers le sol...et soudain il remonte ...notre cœur se soulève... il nous dit dans la radio que des éléments incontrôlés sont sur l'aéroport de Sarajevo et qu'on ne peut pas atterrir... on était mal non ?
Enfin les éléments incontrôlés, qui s'étaient avérés être des russes perdus, ont disparu et nous avons eu l'autorisation d'atterrir... pour s'arrêter un C130 inverse ses moteurs et s'arrête soudain... ces avions sont faits pour atterrir dans des endroits ou les pistes sont courtes.... aussitôt posé aussitôt arrêté!
Vous voyez cette première fois là je m'en souviendrais toute ma vie ...comme de mon premier baiser....

samedi 1 février 2014

L’Aisne Nouvelle gratuit en centre-ville

Le centre-ville de Guise est animé par d’aimables personnages tout de rouge vêtus. Armés de ballons aux couleurs de la nouvelle Aisne Nouvelle, ils distribuent l’édition de ce samedi pour faire découvrir aux lecteurs notre nouvelle formule. Une occasion à ne pas manquer de se faire une idée sur un journal complètement relooké et d’échanger son avis

http://www.aisnenouvelle.fr/region/l-aisne-nouvelle-gratuit-en-centre-ville-ia16b109n17628