lundi 30 décembre 2013

Si tu crois en ton destin...au Canigou



Je dois terminer mon histoire de commandos par cette séquence comme l'appelait nos chefs ...
Je vous ai déjà raconté que je passais mes vacances avec les camps EDF ....la dernière année que j'en ai fait un, c'était un camp d'ado randonnée...c'est à dire que nous sommes partis d'Ax les Thermes en Ardèche pour aller jusqu'à Cerbère dans les Pyrénées atlantiques.... en passant par le Canigou....
Belle ambiance....de bons camarades mais ....il y avait un mais...j'en ai "bavé" ...la marche n'était pas mon truc...et la montée sur le Canigou...une horreur... je me suis dit JAMAIS PLUS JAMAIS !!!
J'aimais le football et tous les autre sports mais marcher pendant 5 semaines dans les montagnes je n'avais plus envie de le faire !!!
C'était sans compter l'armée... et le stage de moniteur commando....

Le raid est parti de Mont Louis par hélicoptère .... nous étions partis en chantant ..."si tu crois en ton destin...." l'hélicoptère nous a largué en pleine "cambrousse" il a donc fallu s'orienter avant d'entamer la mission qui était de prendre le port de Collioure.... nous avions une semaine de marche pour y arriver... et nous sommes passé par ce fameux Canigou !!! et je peux vous dire que je n'étais toujours pas copain avec la marche...
Pour un militaire, marcher c'est essentiel. Et ce stage de moniteur commando m'a appris à marcher et m'économiser ...reprendre sa respiration...ne pas allonger le pas trop souvent...faire des pauses intérieures sans s'arrêter de marcher...(la pause intérieure est de se fermer, ne plus penser et marcher comme un automate...vous ne vous rendez plus compte de l'effort...c'est une sorte de Yoga intellectuel) ..enfin moi c'était mon seul moyen de ne pas craquer. Je durais grâce aussi aux pastilles de sel qui se trouvaient dans les rations de combat ...elle retiennent l'eau dans le corps .... et un commando doit "être et durer "
La montée vers le sommet du Canigou fut très difficile pour moi ...je me souvenait encore de ma randonnée EDF et j'essayais de ne pas montrer ma souffrance....quand vous avez 150 kms dans les jambes et qu'il faut monter chargé comme un mulet, vous souffrez....enfin je suis arrivé au camp de base ou nous avons dormi pour reposer nos jambes avant de redescendre vers la mer le lendemain...
Une dernière épreuve m'était destinée l'avant dernière journée du raid avant d'arriver à destination. Pour éviter les légionnaires chargés de nous pourchasser il a fallu faire un détour de nuit par une autre montée... "Retiens la nuit...." j'ai marché comme un automate dans cette montée en colimaçon ...je grimpais comme les cyclistes qui escaladent les cols du tour de France... puis je me suis accordé une pause assis contre un arbre pour reposer mes jambes...las ! je me suis endormi...pas longtemps certes mais assez pour être dans les "vap" au réveil si bien que je me suis levé d'un coup et je suis reparti pressant le pas pour rattraper mes camarades....une deuxième fois las ...en cours de chemin je me suis aperçu que j'avais oublié mon fusil au pied de l'arbre...je suis donc redescendu pour le récupérer ...ce qui m'a fait perdre un temps fou....je suis donc arrivé au sommet du chemin en retard...pas le dernier ...mais en retard au goût du chef....ma punition? monter la garde alors que mes camarades dormaient ...
Le lendemain nous avions 50 kms à faire en montagne sur des chemins escarpés avant de récupérer nos zodiaques sur une plage...

Et vous vous demandez pourquoi j'ai quitté le nid douillet de la banque ... pas moi car je me suis dépassé et je me suis surpris de ma résistance ... et quand vous faites ces séquences là ...vous avez l'impression que plus rien ne peux vous arriver.... et ..."si tu crois en ton destin..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire